Écrivaine, peintre et chercheure, Stéphane Martelly est née à Port-au-Prince. Par une approche profondément transdisciplinaire qui fait se confronter théorie, réflexion critique et création, elle poursuit une démarche réflexive sur la littérature haïtienne contemporaine, sur la création, sur les marginalités littéraires ainsi que sur les limites de l’interprétation.

Elle est notamment l’auteure d’une monographie sur le poète Magloire-Saint-Aude (Le Sujet Opaque, L'Harmattan, 2001), et d'un essai en recherche-création, Les Jeux du dissemblable. Folie, marge et féminin en littérature haïtienne contemporaine (Nota Bene, 2016). Son activité de recherche inclut la co-organisation du colloque international Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens (Jacmel, Haïti – 2004) et le groupe de recherche Marges et Mémoires en poésie haïtienne et québécoise (CRILCQ, 2005-2009). De 2009 à 2012, elle a participé aux travaux du groupe de recherche Histoire de vie des Montréalais déplacés par la violence – groupe Haïti (Université Concordia).

Elle a publié de la poésie et réalisé plusieurs expositions. Ses derniers livres s’intitulent Folie passée à la chaux vive (2010), La Maman qui s’absentait (2011), Inventaires (2016) et l'enfant-gazelle (2018). Comme plasticienne, son travail récent inclut en 2011 une résidence d’artiste au Vermont Studio Center aux États-Unis et une exposition solo (série de la Folie) à Cornell University.

Aujourd'hui, Stéphane Martelly est professeure adjointe en Création littéraire à l'Université de Sherbrooke.
 

Contenu(s)

Article(s)

Dossier(s)