Amandine Mercier est attachée temporaire d’enseignement et de recherche de l’Université d’Artois – pôle d’Arras, et doctorante en arts du spectacle de l’Université Polytechnique Hauts-de-France. Sa thèse, sous la direction de monsieur Amos Fergombé, examine les modalités de figuration et de représentation du corps dans les créations de la Socìetas Raffaello Sanzio, Voetvolk et A Two Dogs Company, et dégage les orientations majeures d’une création scénique soutenue par une dramaturgie des origines. Elle est notamment l’autrice de « Le corps et son animalité dans les créations scéniques contemporaines de la Socìetas Raffaello Sanzio », dans L’animalité dans les arts et dans les lettres (2016), H. Djedidi (dir.); « Sur le concept du visage du fils de Dieu de Castellucci, puissances de récits médiatiques, source d’un scandale et du spectacle dans les rues », dans Violences et radicalités militantes dans l’espace public en France des années 1980 à nos jours (2019), J. Walter et B. Fleury (dir.); « Tatouages et nudités dans STILLS IV et V de Kris Verdonck : dénudage et ré-écriture de la condition humaine », dans La peaulogie (2020), A. Chassagnol et B. Friant-Kessler (dir.).